Notifications

Blizzard commence à bannir les joueurs OTP : bonne ou mauvaise idée ?

par le Dimanche 12 Novembre 2017 à 15:55

 

Depuis hier, la communauté entière d'Overwatch s'enflamme à propos d'un sujet particulier : les OTP. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, cet acronyme (pour One Trick Pony) désigne un type particulier de joueurs, ceux qui ne jouent exclusivement qu'un seul héros proposé par le jeu.

 

On ne parle pas là de main, ce héros que vous préférez par-dessus tout et que vous jouez bien plus souvent que les autres. Il est ici question de joueurs qui n'aiment qu'un seul héros, et qui ne jouent que lui indépendamment du mode de jeu, du déroulement de la partie, et de la composition alliée ou ennemie.

 

Les joueurs OTP ont toujours suscité de nombreuses discussions, mais si le débat est particulièrement vif aujourd'hui, c'est à cause de la toute récente politique de Blizzard à ce sujet. En effet, de nombreux joueurs se réclamant eux-mêmes OTP se sont vu subir des bannissements temporaires à cause de leur style de jeu. Ce revirement d'opinion surprend quand on sait que, depuis le lancement d'Overwatch, Blizzard a toujours pris soin de préciser que cette pratique marginale n'allait pas à l'encontre du jeu.

 

Jouer un héros précis n'est pas contre les règles. Vous n'avez pas à vous en inquiéter.

 

D'ailleurs, il n'est normalement pas possible de signaler un joueur OTP. Cette pratique ne rentre pas dans les critères de signalement établis par Blizzard.

 

 

Malgré ces propos, des joueurs rapportent depuis hier avoir été bannis uniquement à cause de leur activité d'OTP. Le sujet est devenu particulièrement important quand Fuey, un célèbre joueur OTP Torbjörn de niveau Top 500, a vu son compte se faire bannir temporairement en plein stream.

 

 

Au regard des récents agissements, il semblerait que Blizzard renie ses engagements précédents. Mais au-delà de ça, ces mesures nous font poser une interrogation plus large : est-il légitime de punir la pratique OTP ?

Il n'existe bien sûr pas de réponse simple et définitive à cette question complexe ; mais il reste tout de même intéressant d'explorer les différentes réflexions qu'apporte ce problème dans un jeu comme Overwatch.

 

Tout d'abord, revenons à ce qu'est Overwatch : un jeu payant, à cheval entre le FPS et le MOBA, dans lequel s'affrontent des équipes de joueurs à travers le monde.

 

Le problème se pose effectivement dès l'achat du jeu. Il est important de rappeler qu'Overwatch n'est pas un jeu gratuit. Payer Overwatch n'est pas un acte anodin ; en déboursant de l'argent, l'acheteur obtient l'accès au jeu dans son intégralité. De cette façon, il en devient le propriétaire, ce qui lui confère un certain nombre de droits vis-à-vis de ce dernier. Cela signifie non seulement que le joueur peut explorer le jeu, mais surtout qu'il peut l'explorer de la façon dont il l'entend.

 

Si un joueur préfère délaisser les modes de jeu classiques pour jouer exclusivement au mode Arcade par exemple, libre à lui. On peut même aller plus loin : si un joueur ne veut pas jouer de façon conventionnelle au jeu, et l'utilise uniquement pour créer des parties personnalisées dans lesquelles il crée des histoires avec du roleplay, il en a parfaitement le droit.

Mais posséder Overwatch ne donne pas que des droits dessus ; cela implique également un certain nombre de devoirs. C'est pourquoi, malgré la grande liberté d'exploitation qu'offre l'achat du jeu, certains comportements sont prohibés et condamnables.

 

 

À travers ces différents types de signalement, Blizzard indique au propriétaire du jeu quels sont les comportements interdits. Malgré leur apparente diversité, on peut remarquer un point commun : tous ces agissements sont liés aux relations entre les joueurs. Cela revient à dire qu'en achetant Overwatch, vous pouvez faire absolument faire tout ce que vous voulez avec du moment que cela n’entache pas l'expérience de jeu des autres joueurs. En somme, on en revient au vieil adage de « la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres ».

 

Alors qu'en est-il de l'OTP ? Théoriquement, cette pratique semble pas vraiment différer des exemples d'utilisations atypiques cités précédemment. Même si c'est là une façon plutôt marginale de jouer, c'est une possibilité comme une autre de profiter du jeu ; rien ne vient l'interdire. Mais lorsqu'on entre dans le cadre des parties compétitives – où un réel enjeu est présent – le problème devient plus complexe.

Contrairement aux autres modes de jeu, les parties classées ont pour seul but la progression du joueur à travers le ladder, qui ne peut s'opérer que d'une seule façon : la victoire à l'issue d'une partie. Cela signifie qu'en lançant une partie classée, le joueur s'engage à faire de son mieux, à utiliser tous les moyens possibles, pour tenter de faire gagner son équipe.

 

Overwatch est un jeu dynamique qui offre beaucoup de possibilités à ses joueurs pour renverser la partie. L'une de ses mécaniques principales est le switching de héros en pleine partie ; cette fonction permet une certaine adaptabilité, elle constitue un outil non négligeable dans l'objectif de victoire. Un joueur OTP, en ne jouant qu'un seul héros en permanence, va à l'encontre de cette stratégie. On pourrait estimer qu'en usant de cette pratique, le joueur OTP décide volontairement de ne pas mettre en œuvre tous les moyens possibles pour faire gagner son équipe.

 

Dans un contexte de compétition où l'objectif principal est de gagner, ce choix peut sembler handicapant pour l'équipe qui possède un joueur OTP – un peu comme si elle partait, avant même que le match ne commence, avec une balle dans le pied. C'est d'ailleurs l'argument qu'avance Blizzard lors de la justification des récents bannissements : ce n'est pas le fait de jouer un héros qui serait condamnable, mais le fait de ne jamais changer de héros alors même que le reste de l'équipe estime estime qu'un switch est préférable.

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Mais il serait trop facile de résumer cette situation aussi simplement. Prenons un cas pratique : une équipe possède un OTP Torbjörn alors qu'elle s'apprête à escorter le convoi sur Dorado. Vaut-il mieux avoir un excellent Torbjörn ou un médiocre Soldat : 76 ? Si l'équipe perd, est-ce que la part de responsabilité du joueur OTP est plus importante que celle ces autres joueurs ? Est-ce que cela rend pour autant ce comportement condamnable ? Impossible à dire, tant le nombre de facteurs entrant en compte est important. Entre le simple « Oui » et « Non », il y a une multitude de réponses possibles ; au moins autant que de cas différents.

 

Poursuivons avec cet exemple. Toujours sur Dorado, un joueur OTP Torbjörn décide – sans grande surprise – de jouer son héros favori en phase d'attaque. Comme vous avez pu le lire précédemment, en théorie, il en a parfaitement le droit. En achetant Overwatch, il est libre de jouer le héros qu'il veut. Seulement voilà : tout le monde sait que Torbjörn n'est pas franchement le meilleur héros pour attaquer. Comment pallier à ce problème ? Le plus souvent, en adaptant la composition d'équipe pour rendre le pick Torbjörn beaucoup plus viable. Les autres joueurs vont alors sans doute prendre une Orisa ou un Reinhardt par exemple, afin que le nain puisse tranquillement poser sa tourelle sur le convoi et massacrer ses ennemis.

 

C'est une stratégie intéressante, qui permet potentiellement de rendre Torbjörn aussi efficace qu'un pick classique comme Mc Cree ou Soldat : 76. Mais elle pose également quelques problèmes. En utilisant sa liberté totale de choix – qui est de jouer Torbjörn en attaque – le joueur OTP a forcé tous ses coéquipiers à s'adapter pour lui, en prenant des héros qu'ils ne souhaitaient pas prendre à la base. De cette façon, sa liberté est restée intacte ; mais en contrepartie, la liberté des autres joueurs s'en est trouvée réduite.

Bien évidemment, le joueur OTP n'a pas formellement obligé ses alliés à changer de héros, et ses alliés peuvent s'affranchir de cette obligation ; néanmoins, tout le monde sait que si l'équipe ne s'adapte pas, les chances de gagner sont moindres. À cause du joueur OTP Torbjörn, les autres joueurs sont indirectement contraints dans leurs choix de héros et de stratégie globale.

 

Est-il normal que les joueurs OTP usent de leur liberté totale au détriment de la liberté des autres ? Encore une fois, est-ce que ce comportement est légitimement condamnable ? L'équilibre semble impossible à trouver dans ce questionnement quasi-philosophique.

 

 

Enfin, il faut relever un détail qui est d'une importance primordiale : tous les joueurs OTP ne sont sanctionnés. Seuls les joueurs OTP de héros atypiques – beaucoup de topics sur Reddit évoquent des Torbjörn ou des Symmetra par exemple – se sont vu subir un bannissement temporaire. Il y a pas moins de 25 héros (bientôt 26 !) dans Overwatch, et il existe sans doute des centaines de joueurs OTP pour chacun d'entre eux. Nul doute qu'il y a beaucoup d'OTP Ange ou Soldat : 76 parmi les joueurs qui jouent en parties classées ; pourtant, ceux-là ne risquent pas de se faire sanctionner pour leur comportement.

 

Blizzard fait donc la distinction entre les joueurs OTP de héros meta, et les joueurs OTP de héros hors-meta. Il est évident que les héros meta sont plus puissants, plus efficaces que les héros hors-meta. Mais qui crée la meta ? Les joueurs bien sûr, puisqu'une meta se crée quand une tendance générale se dessine à travers l'ensemble des parties. Mais plus en amont encore, il y a l'équipe de développement d'Overwatch. Ce sont eux qui définissent chaque caractéristique, qui décident de buff ou de nerf des héros. C'est un travail d'orfèvre, qui tend vers l'équilibrage parfait. C'est évidemment là un objectif impossible, tous les héros ne peuvent malheureusement pas être exactement de la même puissance ; et c'est de cette imperfection permanente que naît la meta.

 

Revenons maintenant aux joueurs OTP. Dans les faits, un joueur OTP Symmetra et un autre OTP Mc Cree réalisent exactement le même comportement. Rien ne les distingue l'un de l'autre et pourtant, le premier est potentiellement sanctionnable alors que le second ne l'est pas. Est-ce de la faute du joueur OTP si le héros qui lui plaît est un héros hors-meta ? Bien sûr que non, puisque ce n'est pas le joueur, seul, qui crée la meta.

 

Vous pouvez maintenant apercevoir le paradoxe que les joueurs OTP de héros hors-meta soulèvent. Quand bien même leur comportement d'OTP serait néfaste pour le jeu, ils n'en seraient pas réellement responsables. Ils ne font pas exprès de jouer un personnage hors-meta – sinon ce serait du troll, un comportement condamnable – c'est juste la meta qui n'est pas adaptée pour leur héros favori. Le responsable ne serait donc finalement pas les joueurs OTP, mais la meta elle-même. Dans cette optique, personne ne serait à blâmer : ni l'ensemble des joueurs qui suivent la meta, ni les OTP marginaux qui sont à contre-courant, ni l'équipe d'Overwatch qui fait de son mieux pour réaliser l'impossible.

 

 

Commentaires (2)
Treatgame
#1
Gaffe pour ton otp hanzo Issy
laufeust
#2
go ban issy il ruin des games